Inquisitor Heresie.com


Etude des Tupi-Guarani en Amazonie

Pourquoi ils dévorent leurs ennemis ?

Ce n'est pas parce qu'ils manquent de vivres, mais par haine, qu'ils dévorent le corps de leurs ennemis. Pendant le combat, chacun crie à son adversaire : Dete immeraya schermiuramme beiwoe (Que tous les malheurs tombent sur toi, que je vais manger). De kange juka cipota kurine (Je te briserai la tête aujourd'hui) Sche inname pepicke rescagu (Je viens pour venger sur toi la mort des miens.) Yan de soo schemocken sera quora ossorime rire (Je ferai rotir ta chair aujourd'hui avant que le soleil soit couché). C'est par inimitié qu'ils disent tout cela.

De leur religion:

Leur idole est une espèce de calebasse, environ de la grandeur d'une pinte; elle est creusée en dedans; ils y adaptent un bâton, y font une fente qui ressemble à une bouche, et y mettent ensuite des petites pierres, ce qui produit un certain bruit quand ils chantent ou qu'ils dansent. Ils la nomme tammaraka et chaque homme a la sienne. Il y a parmi eux des espèces de prophètes, qu'ils nomment pagé . Ceux ci parcourent le pays une fois par an, entrent dans les cabanes, et prétendent qu'un esprit, venant d'une contrée éloignée, les a doués de la faculté de parler avec toutes les tammaraka. Ces prophètes font évacuer entièrement une cabane. Ils ordonnent alors à chacun de leur apporter sa tammaraka, après l'avoir peinte en rouge et ornée de plumes, afin de leur donner le pouvoir de parler. Ils se réunissent ensuite dans cette cabane. Les pagé se plaçent à l'extrémité supérieure, et plantent leur tammaraka dans la terre devant eux. Chacun en fait autant de la sienne, et offre un présent aux prophètes en flèches, plumes, pierres à mettre dans les oreilles, etc... afin que son idole ne soit pas oubliée. Quand ils sont réunis, ils prennent leur tammaraka à la main, et la parfument avec une herbe qu'ils nomment bittin. Le pagé la plaçe ensuite devant sa bouche, la remue, et lui dit dans sa langue: Nee cora (Parle et fais toi entendre, si tu es dedans.) Il lui parle ensuite si bas, que je n'ai pu entendre si c'est la tammaraka ou l'indien qui parle; mais les indiens croient que c'est l'idole qui parle. Le pagé les prend toutes les unes après les autres, et fait la même chose. Ensuite tout les prophètes les excitent à aller faire la guerre et à faire des prisonniers, les assurant que l'esprit qui habite la tammaraka a envie de manger de la chair humaine. Quand le pagé a fait des dieux de tout ces grelots, chacun emporte le sien, lui fait une petite cabane, l'appelle mon cher fils, lui offre à manger, et l'invoque toutes les fois qu'il veut en obtenir quelque chose. Ils croient que le ciel et la terre ont toujours existé.

Ils disent qu'autrefois il y eut une grande inondation; que tous leurs ancêtres furent noyés, excepté quelques uns qui réussirent à s'échapper dans leurs canots, ou en montant sur de grands arbres. Je pense qu'ils veulent parler du déluge.

Sources Images et textes : Nus, féroces et anthropophages de Hans staden

Recherches effectuées par Magalie

Cliquez pour une image complète

La capture :

Quand les prisonniers arrivent au village, les femmes et les enfants les accablent de coups; on les couvre ensuite de plumes grises, on leur rase les sourcils et l'on danse autour d'eux. Ensuite les sauvages les attachent fortement afin qu'ils ne puissent pas s'échapper; puis ils les mettent sous la garde d'une femme, qui vit avec eux. Si cette femme devient grosse, ils élèvent l'enfant; et quand l'envie leur en prend, ils le tuent et le mangent. Ils nourrissent bien leurs prisonniers. Au bout d'un certain temps, ils font leurs préparatifs, fabriquent de la boisson et une espèce de vase destiné spécialement à mettre la couleur avec laquelle ils les peignent...Ils font des touffes de plumes qu'ils fixent au manche de la massue qui sert à tuer les captifs, et une longue corde, nommée massarana, avec laquelle ils les attachent quand ils doivent être assomés...
Cliquez pour une image complète

Préparatifs :

Lorsque tout est préparé, ils arrètent le jour du massacre, ils invitent les habitants des autres villages à assister à la fête, et remplissent tous les vases destinés à contenir la boisson.Un ou deux jours avant, ils conduisent les prisonniers sur la place du village, et dansent autour d'eux. - Ensuite ils peignent la figure du prisonnier; et, pendant qu'une femme est occupée à cette opération, toutes les autres chantent autour de lui. Aussitôt qu'ils commencent à boire, on amène le prisonnier, qui boit aussi et cause avec eux... - Après avoir bu pendant un jour, ils construisent au milieu de la plaçe une petite cabane où le prisonnier doit coucher. Dès que le soleil est levé, ils vont chercher le prisonnier et détruisent la cabane...On plaçe près de lui un tas de pierres, pour qu'il puisse en jeter aux femmes qui courent autour de lui et menacent de le dévorer...
Cliquez pour une image complète

L'éxecution :

L'éxécuteur prend la massue, s'approche du prisonnier et lui dit :"Me voici ! je viens pour te tuer, car les tiens ont tué et dévoré un grand nombre des miens.". Le prisonnier lui répond :"Quand je serais mort, mes amis me vengeront.". Au même instant, l'éxécuteur lui assène sur la tête un coup qui fait jaillir la cervelle. Les femmes s'emparent alors du corps, le trainent auprès du feu, lui grattent la peau pour la blanchir, et lui mettent un baton dans le derrière pour que rien ne s'en échappe. - Lorsque la peau est bien grattée, un homme coupe les bras, et les jambes au-dessus des genoux. Quatre femmes s'emparent de ses membres, et se mettent à courir autour des cabanes en poussant des cris de joie.
Cliquez pour une image complète

Le final :

On l'ouvre ensuite par le dos, et on se partage les morceaux. Les femmes prennent les entrailles, les font cuire, et en préparent une espèce de bouillon, nommé mingau, qu'elles partagent avec les enfants: elles dévorent aussi les entrailles, la chair de la tête, la cervelle et la langue: les enfants mangent le reste. Aussitôt que tout est terminé, chacun prend son morceau pour retourner chez lui; l'éxécuteur ajoute un nom au sien, et le chef lui trace une ligne sur le bras avec la dent d'un animal sauvage. Quand la plaie est refermée, la marque se voit toujours, et ils regardent cette cicatrice comme un signe d'honneur. Ils reste jusqu'a la fin du jour dans un hamac, et on lui donne un petit arc avec des flèches pour passer le temps. Ils font cela afin que la force du coup qu'il a donné ne lui rende pas la main incertaine.

heresie.com

© Heresie.com