PORTRAIT  INFLUENCE  CHATIMENT 


Si l'on devait citer un personnage dans l'histoire au pouvoir de fascination indéniable et qui se confond le plus avec sa légende, Raspoutine serait certainement nommé en premier . Dostoïevski aurait dit de lui qu'il est l'homme qui s'empare de votre âme et de votre volonté et qui les fait siennes.


Fils d'un maquignon- voiturier, Grigori Efinovitch naquit en l'année 1871 dans les steppes glacés de la lointaine bourgade de Pokrovskoïe en Sibérie occidentale. Sa jeunesse fut marqué par le dur travail de paysan mais aussi par de nombreuse scandales qui lui valurent le surnom de Raspoutine c'est à dire en argot le paillard, le fornicateur. Cette jeunesse mouvementée ne l’empêcha pas de se marier à une paysanne du nom de Féodrovna Doubrovine qui lui donna deux filles, Maria et Vavara, et un garçon, Dimitri.


Mais Grigori n’était pas homme à demeurer éternellement dans un village, la soif de pouvoir était en lui et il se devait de l'apaiser. C'est à l'âge de trente trois ans que cette chance lui fut donner sous la forme d'un jeune moine qu'il était chargé d'accompagner au couvent de Verkhotourié, Le jeune homme lors du voyage fut tellement impressionné par la vivacité d'esprit de Raspoutine qu'il lui offrit la possibilité de résider en ce lieu pour plusieurs mois. Ce cloître de Verkhotourié était en réalité aux mains de moines révolutionnaires ayant pour principe la doctrine hérétique des Klystis ou Flagellants. Le principe de cette secte était la félicité de l'esprit et après la mort l'entrée au paradis, pour cela d’étranges cérémonies avaient lieu dans de lointaines campagnes. On prétendait que durant la nuit , hommes et femmes dansaient et chantaient en se fouettant jusqu'au sang, la fin de cérémonie était marqué par des roulements à terre frénétiques et cela dans l'extase la plus complète.


De ce long séjour, Raspoutine en tira la conclusion qu'il avait été choisi par le Seigneur et qu'il se devait d'errer pour répandre la bonne parole. L'époque se prêtait à cette sorte de mysticisme typiquement Russe où des hommes de tout âges quittaient familles et terres pour partir vers l'inconnu pour prêcher la bonne parole, ces errants étaient des Strannikis parcourant la Russie de village en village, fuyant les gendarmes mais trouvant toujours le réconfort et hospitalité chez les villageois.

De succès en succès, la renommée de Raspoutine le faiseur de miracles grandit, jusqu'à parvenir aux plus hautes autorités ecclésiastiques qui lui conseillent de se rendre à Saint Petersbourg. C'est la gloire, Raspoutine subjugue tout le monde du bas clergé aux archiprêtres. Le père Ivan de Cronstadt, le plus saint homme de Russie est convaincu que cet homme à une étincelle divine en lui.


Raspoutine et le haut clergé

En 1906, on le présente à la cour de Russie.



Retour Sommaire