Derniers ajouts

Feuillet du Liber Tobiæ, vendu à Drouot le 29 mai 2009 au prix de 12 000 euros :

Liber Tobias

Commencement du Livre de Tobias (Liber Tobiæ). Scriptorium de Chartres, milieu du XIIe siècle (vers 1140-1145). Grand feuillet de parchemin : 38 cm sur 54 (+ 5 à 8 mm par endroits); replis de 2 à 3 centimètres. En langue latine. Texte aux recto & verso, écrit en deux colonnes à 48 lignes réglées à la pointe sèche; belle écriture régulière, à l’encre brune, parfaitement lisible. Une grande lettrine (7 cm sur 7,5) aux couleurs bleue, rouge & verte rehaussées de blanc, sur fond doré; présentant un dragon mordant la barre du T et dont la queue s’enroule en une spirale feuillagée de façon à former le corps d’un T oncial. Une petite lettrine à l’or & filaments rouges. Titres aux lettres bleues & rouges.

Depuis la parution du catalogue de la vente des livres & manuscrits du 29 mai 2009, le cabinet d'expertise « Honoré d'Urfé » est sollicité de toutes parts au sujet du lot n° 3 (feuillet du livre de Tobie), ainsi que du lot n° 1 (feuillet de saint Jérôme) et de plusieurs lots à venir dans d'autres ventes et qui concernent la région des Corbières (dont la transaction de Bugarach en 1307).

Plusieurs personnes nous ont fait part de rapprochements possibles entre ces documents et les affaires de Rennes le Château (Aude) et de Gisors (Eure), et demandent si ces documents peuvent apporter une solution ou un éclairage à l'énigme du "trésor" de l'abbé Bérenger Saunière. En particulier, ces personnes font référence à d'autres parchemins qui auraient été découverts par l'abbé Saunière, et qui en fait, selon l'opinion commune, pourraient être des faux grossiers réalisés dans les années 1950. Afin d'éviter la confusion des genres et la confusion des esprits, nous déclarons :

PRIMO. Les documents présentés dans nos ventes sont évidemment authentiques. Il n'y a pas de faux ni de copies trompeuses. • Le feuillet de Tobie EST un document écrit et enluminé à Chartres au XIIe siècle. • Le feuillet de saint Jérôme EST un document écrit et enluminé en Normandie aux XIe ou XIIe siècles. • La transaction concernant Bugarach EST un document écrit & signé en 1782 par Bernard Siau notaire à Couiza, et qui contient la copie d'un acte de 1307. L'authenticité est absolûment garantie, et les plus grands spécialistes en sont d'accord. Il n'y a pas l'ombre du moindre doute à ce sujet.

SECUNDO. Dans nos catalogues, les documents sont décrits dans leur matérialité, avec toute la rigueur scientifique requise. Ils sont présentés à la vente pour eux-mêmes, en tant qu'objets, et non pas pour des qualités extrinsèques qu'on leur supposerait (par exemple, leur utilité dans la découverte d'un trésor ! ou bien telle ou telle interprétation ésotérique !).

TERTIO. En conséquence, nous refusons par principe d'accréditer le moindre lien entre ces documents et une quelconque "énigme" du genre de celle de Rennes le Château ou de celle de Gisors. Nous excluons vigoureusement toute insinuation dans ce sens.

QUARTO. Le "résumé d'un commentaire ancien" qui termine les pages consacrées au feuillet de Tobie, est donné à titre indicatif. Il n'entre pas dans la description du lot présenté à la vente, et à ce titre n'engage nullement la responsabilité professionnelle de la maison de ventes ou du cabinet d'expertise. Pour donner suite & fin aux demandes qui nous sont faites, nous déclarons ne pas connaître l'identité de son auteur. Notre rôle s'est borné à résumer & mettre en forme ce long commentaire écrit sur quatre pages. Ce commentaire (bien plus récent que le feuillet de Tobie !) ne sera pas présenté à la vente, sauf accord de dernière minute de la part du vendeur (et auquel cas il sera vendu séparément). Encore une fois, nous précisons que nous présentons à la vente le document dans sa stricte matérialité, sans aucun lien avec des interprétations postérieures.

QUINTO. Libre à chacun de penser ce qu'il veut de ces documents. Mais, dans le cadre de notre activité professionnelle, nous ne voulons pas confondre le genre de l'expertise avec celui de l'imagination et de la fable.

SEXTO. Enfin, à titre personnel, nous ne voulons pas ajouter à la confusion des esprits. Le livre de Tobie, par exemple, est un des livres qui composent les Écritures Sacrées, et à ce titre il doit être lu & reçu de façon simple & claire comme tout autre livre biblique qui a Dieu pour auteur et l'Église comme interprète. La parole de Dieu est lumière, et non obscurité. Elle éclaire, et non pas égare. Elle est accessible aux simples, et non pas aux prétendus intellectuels. Ce serait déformer & dénaturer le livre de Tobie que d'en faire une lecture ésotérique, et que de prétendre en tirer des données qui concourraient aux grandes mystifications dont les XXe & XXIe siècles ont abusé et abusent encore. Hélas, ce genre de mystifications, véritable ivraie aisée à semer mais indéracinable ensuite, trouve un terreau fécond parmi les grandes masses qui ayant abandonné la vraie Foi, ont abdiqué en même temps la droite raison.

Interview de Roch de Coligny. (Expert en livres anciens et manuscrits médiévaux)

De nombreuses questions nous sont posées. Nous les synthétiserons et y répondrons.

Le feuillet en lui-même.

1) Le feuillet manuscrit est-il authentique ?

R. OUI. Il s'agit bien d'un document écrit et enluminé au XIIème siècle. Lieu de réalisation : Chartres.

2) Y-a-t-il dans ce feuillet des corrections postérieures ?

R. NON. Ce feuillet est intègre, nonobstant le fait que le verso a été cartonné au XVIIIe siècle, masquant ainsi le texte qui, depuis, n'a été découvert que partiellement.

3) Le mot REGIS est-il écrit sur ce feuillet ?

R. OUI, deux fois (2e colonne, lignes 10 et 35). On peut le voir sur la reproduction du catalogue.

4) Le mot ASMODEE est-il écrit sur ce feuillet ?

R. OUI, en latin : ASMODEUS. Il figure au verso, sous le cartonnage du XVIIIème siècle. Ce mot est visible par transparence.

5) Le mot TEMPLE DE JÉRUSALEM est-il écrit sur ce feuillet ?

R. OUI (2e colonne, ligne 19) : AD HIERLM AD TEMPLUM DNI (Ad Hierosolymam ad templum Domini).

6) Le mot RAGES est-il écrit sur ce feuillet ?

R. OUI (2e colonne, 9e ligne avant la fin) : IN RAGES CIVITATEM. D'autres textes donnent RHAGES.

7) Les DIX TALENTS D'ARGENT sont-ils mentionnés sur ce feuillet ?

R. OUI (2e colonne, lignes 8 & 7 avant la fin).

8) Le mot REDDAS est-il sur ce feuillet ?

R. NON. Mais il figure dans le reste du livre de Tobie :

"reddasque ei chirografum". ("et tu lui rendras le chirographe"). "Reddas" est une forme du verbe "reddere".

9) Quel est le texte sur la colonne de gauche du recto ?

R. Première partie de la colonne : c'est la fin du livre d'Esther. Deuxième partie : préface de saint Jérôme sur le livre de Tobie.

10) Le texte au verso ?

R. Le texte du verso est la continuation du recto. Il contient la suite du Livre de Tobie, depuis le verset 19 du chapitre 1er, jusqu'au verset 10 du IIIe chapitre.

11) Etait-ce une coutume au XVIIIe siècle d'utiliser des feuillets de la Bible pour envelopper des actes administratifs ? N'est-ce pas sacrilège encore à cette époque ? C'est une méthode anticléricale digne des révolutionnaires de 1789.

R. C'était la coutume au XVIIIe siècle, et dès avant semble-t-il, d'utiliser des feuillets religieux médiévaux pour couvrir des registres. D'une part, les manuscrits anciens étaient devenus inutiles (puisqu'on avait des livres imprimés), d'autre part le XVIIIe siècle a été un siècle impie et sacrilège ... Ce n'est pas la révolution qui a innové, elle n'a fait que tirer les conséquences de l'apostasie pratique d'une bonne part de l'élite. Donc, il n'y a rien d'anormal à ce qu'on ait utilisé le feuillet biblique de Tobie pour couvrir un registre.

Le "résumé d'un commentaire ancien".

1) Qui est l'auteur ?

Je ne sais pas. Sa connaissance de la Bible indique un ecclésiastique.

2) De quand date-t-il ?

D'après l'écriture et le support (papier), il date du début du XXe siècle, à 25 ans près. Cela est indiqué sous toutes réserves, n'ayant pas prêté grande attention à ce papier. Je retournerai voir ce document, et le regarderai en détail. Je donnerai alors une datation plus précise, confirmant ou infirmant celle que j'indique. En tout état de cause, et pour faire large, c'est un document qui ne peut excéder la première moitié du XXe siècle.

3) A-t-il été expertisé ?

Non. Mon expertise portait sur le feuillet de Tobie, et non pas sur ce commentaire, qu'on s'est borné à résumer pour qu'il tienne dans une page du catalogue.

4) Les mots en capitales ou en italiques dans le catalogue, sont-ils ainsi dans le document ?

Oui pour les mots en capitales. Pour les mots en italiques, ils sont soulignés dans le manuscrit. Typographiquement, le soulignement dans un manuscrit se traduit par des italiques dans un texte imprimé; et vice-versa.

5) Ce qui est indiqué dans les paragraphes 2 à 6 figure-t-il dans le feuillet vendu ?

NON. Il s'agit d'un commentaire de la suite du livre de Tobie, le feuillet ne présentant que le début.

6) Ce commentaire est-il fidèle au texte de Tobie ?

En grande partie, oui, d'après le texte biblique. Il y a néanmoins des erreurs, par exemple : "accompagnés par Cyon". En fait, CYON est le mot grec désignant le CHIEN : Tobie était accompagné par un chien, et non pas par "cyon". Autre erreur de lecture : le lieu nommé EX-BETHANIS. En fait, les versions autorisées (accessibles sur internet) indiquent "Ec-Batanis" ou "Exbathanis".

7) La valeur de six millions de francs-or est-elle exacte ? Je n'en sais rien. Sur le principe, je ne veux pas, d'un point de vue professionnel, entrer dans des interprétations du texte, je me borne à l'expertise matérielle des choses.

8) Ce commentaire sera-t-il vendu ?

A l'heure qu'il est, cela n'est pas prévu. Tant les vendeurs que nous-mêmes n'avons pas prêté attention à ce commentaire, le principal étant à nos yeux le feuillet biblique du XIIe siècle.

Questions annexes.

1) Les franchises de Bugarach en 1307 ?

Il s'agit d'une copie, réalisée en 1782 par Siau, notaire à Couiza, d'une transaction intervenue en 1307 entre Pierre de Voisins (Vicinis), seigneur de Bugarach et d'Albezu (Albeduno), et les habitants de Bugarach. Copie sur papier, signée du notaire, faite à la demande d'un habitant d'une métairie (qui lui-même avait obtenu une autorisation du parlement), contre « la dame marquise d'Hautpoul seigneuresse dudit Bugarach ». L'acte ne donne pas plus d'indications sur cette marquise. Ce document sera vendu fin 2009 ou en 2010. Je précise qu'il ne s'agit pas de l'original de 1307, mais de la copie de 1782.

2) Le coffre d'Hautpoul ?

Expression employée ("coffre des d'Hautpoul", "coffre d'Hautpoul") par les personnes détentrices de ces documents. Il s'agit vraisemblablement d'une partie des archives de la famille d'Hautpoul. Ceci est confirmé par le contenu des documents, qui citent cette famille ou bien des lieux où elle a seigneurié (Bugarach et d'autres localités de l'Aude).

3) Autres documents à vendre ?

De la même provenance, il y aura d'autres documents qui seront présentés dans des ventes futures. Par exemple, la copie (1782) des "franchises de Bugarach" (1307); ou encore un document de 1818 concernant Camp sur l'Agly. En revanche, il n'est pas possible de dire si d'autres documents présentés à la vente viennent ou pas de la même source. La maison de vente et le cabinet d'expertise sont tenus à la plus stricte confidentialité. Les ventes seront annoncées à l'avance (internet, Gazette Drouot etc.).

4) Peut-on voir ces documents ?

Sur le principe, une vente aux enchères est publique : tout le monde peut consulter les livres ou manuscrits, tout le monde peut enchérir. Nous présentons donc les manuscrits durant toute une journée, la veille de la vente à Drouot. En outre, il est possible de prendre rendez-vous avec l'expert pour voir les documents une semaine avant la vente. Je recevrai donc en temps voulu (au plus tôt 15 jours avant la vente) toute personne désireuse de consulter ces documents. Merci de prendre rendez-vous (par email) car les documents ne sont pas conservés dans nos locaux mais dans le coffre d'une société spécialisée.

5) Faîtes-vous des expertises de manuscrits ?

C'est mon métier. Je reçois volontiers toute personne qui veut un avis sur un document ou un livre. Ces avis et estimation oraux sont gratuits. Bien que je ne veuille pas entrer dans les questions tournant autour de Gisors ou de Rennes le Château, je suis disposé à donner un avis purement historique et scientifique sur les documents qu'on me présenterait (date, authenticité etc.).


Index | L'Abbé Sauniere | Le Diable | Principaux personnages | L'Eglise de R.L.C | Les hypothèses | News | Forum